Menu Close

Mariee depuis 15 ans a votre homme adores, deux gamin de 11 et 14 annees, un certain confort materiel, la liberte, i  mon sens, de ne travailler que pour le joie, une maison cocon i  chaque fois ouverte a toutes les amis

Mariee depuis 15 ans a votre homme adores, deux gamin de 11 et 14 annees, un certain confort materiel, la liberte, i  mon sens, de ne travailler que pour le joie, une maison cocon i  chaque fois ouverte a toutes les amis

En fera, tout a commence Il existe trois-quatre annees, lorsque “l’homme de ma vie” a retourne de nouvelles responsabilites professionnelles : nouvelle pression (des-pressions ?), peur de ne point etre a la hauteur, . il a commence a Realiser des malaises dits “vagaux”. Parrallelement, persuade que les moteurs qui le faisaient avancer jusque la etaient des moteurs “negatifs”, il avait entame une Gestalt-Therapie pour chercher a comprendre ses propres modes de fonctionnement.

Et puis un jour, il est rentre en me disant qu’il se demandait votre que celui-ci fichait la, que celui-ci ne se sentait beaucoup nulle part, ni dans sa vie professionnelle, ni dans notre couple, qu’il n’arrivait plus a etre heureux.

Moi je n’avais rien surpris venir, le ciel m’est tombe sur la tete. Le parcours atypique, le ascension professionnelle, cette image du bonheur que nous donnions, bien ce qui n’etait qu’un leurre, une fuite en avant destinee a masquer un insondable vide interieur, un “puits sans fond”.

Decide a quitter une vie professionnelle qui ne lui donnait plus satisfaction, c’est revenu un jour d’un stage therapeutique en me disant qu’il voulait etre. therapeute, ainsi, il a entrepris une formation. Alors, aux absences pour cause d’embauche se seront ajoutees les absences Afin de cause de formation, jusqu’a l’ete 2004 – stage residentiel de 3 semaines dans le sud – ou il L’a rencontree.

Pendant pres d’un site de rencontre gratuit seniorblackpeoplemeet an, j’ai cru que bien est encore possible, qu’il me suffisait de changer, pour que bien redevienne “tel avant”. En outre a la fin de l’ete dernier, J’me suis rendue compte que je me mentais a moi-meme, et surtout, que j’etais seule a “y croire” i  nouveau.

Alors j’ai du me resoudre a proposer la separation, a mon corps, a mon coeur defendants. Ce blog temoigne de les doutes, de mes coleres, de mes errances. au jour le jour.

Puisse-t-il vous aidez a baliser la chemin, comme d’autres ont su baliser le mien.

Voila maintenant 48 heures que je sais.

Je sais qu’il y a une autre copine. Que tu l’as rencontree l’ete dernier i  l’occasion de ton stage. Que vous entretenez une relation depuis bien 7 mois (novembre 200. date a laquelle j’ai recu le fameux SMS qui ne m’etait jamais destine : «Bon dimanche a toi la Belle, je t’aime d’amour. P.») Que ta formation a servi de cadre et/ou de pretexte a vos rencontres et vous permet de vous retrouver regulierement depuis plusieurs mois. Et que tu n’as jamais l’intention d’interrompre une telle relation, bien que ta «vie soit ici», c’est-a-dire ton projet et tes bambins. Ou il n’est deja plus question de moi.

Blessure d’amour propre. Je me releve apres le K.O. Je ne suis plus l’Elue, la Favorite, celle qui compte tellement qu’elle eclipse des autres, l’ensemble des Autres. Mais de ca, je me remettrai, meme si je souffre tel pas. D’autant que votre Autre (que dalle de pejoratif ici, je ne connais jamais son prenom), n’a fera que s’engouffrer dans un vide que j’ai laisse, par negligence. «Pas de fumee sans feu», tel on dit. Si tu avais ete au mieux content, tu n’aurais pas eprouve le besoin d’aller «voir ailleurs» si l’herbe est plus verte. Or, elle l’est forcement, surtout apres 18 annees de life commune, le stress permanent et grandissant, deux enfants a elever et une epouse «improductive». Le gabarit, le boulet, celle qui «coupe les ailes». I  ci?te, l’attrait une nouveaute, le frisson de faire connaissance, de se decouvrir un brin plus, un peu mieux, a chaque rencontre, ainsi, puis la fusion des premiers (e)mois, cette fusion primordiale qui t’a ete refusee a ta naissance, ainsi, que tu cherches desesperement, ainsi, puis une telle blessure que j’ai ravivee, bien involontairement, Afin de me abriter, pour etre en accord avec moi-meme et authentique avec toi (non, je n’ai jamais eu a simuler quoi que ce soit. J’me dis que j’aurais peut-etre du. )

Voila Afin de cela est ma responsabilite: j’ai baisse la vais garder, oui, je me suis endormie dans le confort d’une relation que je pensais a toute epreuve, d’un amour que je pensais plus fort que l’integralite des obstacles, mais aussi dans la routine d’un quotidien que j’assume, seule, depuis J’ai naissance de T. d’ailleurs je n’avais gui?re compris que tes acces de colere aussi violents que soudains, n’etaient que la face visible de l’iceberg de tristesse que tu cachais au fond de toi, mais que tu ne pouvais/savais pas exprimer autrement jusqu’a present. Et puis, c’est vrai, contrairement a toi, je n’avais gui?re – ou plus -besoin de fusion pour etre rassuree concernant ton amour : cela m’a fait avancer, et cela m’a donne une force, ce paraissent tes encouragements, la confiance absolue que j’avais en toi et en ton jugement, ce regard a la fois bienveillant et pourtant sans concessions que tu as pose concernant faire mes premiers aucun chanteuse, Prenons un exemple, ou concernant mes debuts d’intervenante. Oui, j’ai pris de l’assurance peu a peu, grace a toi. Enfin, j’suis responsable d’avoir trop longtemps cru – ou voulu croire – que ton malaise n’etait du qu’au stress de tes responsabilites professionnelles. Je t’ai regarde en Realiser toujours plus, aller toujours plus haut, toujours plus loin, sans t’avoir rien demande de bien ca, mais avec respect et admiration. Oui, j’ai eu tort de ne pas m’alarmer davantage, j’ai ete lache de penser que les vacances et quelque peu de repos suffiraient a bien arranger.

En revanche, le demeure, je te le rends. Je ne me sens jamais responsable de n’avoir gui?re pu ou su repondre a des attentes implicites, voire non formulees, jusqu’a ton retour du sud en fevrier dernier, alors que tu avais deja entame ta relation avec Elle. Tu es revenu avec tes requi?tes, des besoins clairs et explicites, et tu m’as laisse croire que la balle etait dans mon camp, qu’il est encore temps libre de sauver une relation, qu’il ne tenait qu’a moi. Tu m’as donne des cles pour venir te rejoindre alors que tu avais deja ouvert ta porte a une Autre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *